Bien que reconnu, le projet des MJC se heurte parfois aux logiques contractuelles et à l’évolution du cadre réglementaire à dominante libérale dans un contexte de marchandisation auquel est assujetti le monde associatif.
Quelles alternatives imaginer pour renforcer le projet d’éducation populaire de la Fédération Nationale des MJC et donc les relations de cette fédération avec les collectivités locales ? Comment préserver l’imagination associative ?